Les Tidjanes, dont le khalife général réside au Sénégal, constituent une confrérie numériquement importante, mais dont le rôle politique, assez conservateur, est moindre que celui des Mourides. pour la pratique dans le contexte de l’Afrique (par exemple sur les normes et standards de pratique, l’éthique, les besoins en formation, l’enseignement, etc.). 1Le début des années 1990 a été marqué en Afrique par une vague de démocratisation et par l’universalisation du discours démocratique, entraînant la réintroduction du multipartisme et des élections concurrentielles dans la plupart des pays du continent. Or il s’est trouvé devant des hommes comme lui, dont la religion était, comme la sienne, une explication philosophique du monde : « Nous comprenons par culture bantu l’ensemble de pensées et d’aspirations de l’homme bantou (muntu au singulier) [comme on dirait l’homme indo-européen], sa synthèse mentale, son style de vie. Bien que ces conceptions aient parfois été schématisées dans le travail des ethnologues, elles contiennent une part de vérité. On tentera tout d’abord de mettre en évidence les changements observés dans la façon de faire du politique sur le continent africain, notamment la revendication de plus en plus affirmée du vocabulaire électoral et démocratique. Le Mali, le Ghana, le Botswana ou la Namibie sont des exemples parmi d’autres de pays où les élections régulières et (presque totalement) « propres » se succèdent sans coup férir. Voir à ce sujet les travaux d’Alain Garrigou. Ceux-ci descendent du marabout Ahmadou Bamba, qui vécut au début du XXe siècle. 16Or, avant de sanctifier ce modèle de partage du pouvoir et de le reconnaître comme une modalité « acceptable », si elle est transitoire, de l’acclimatation de la procédure élective en Afrique, il faut en étudier les effets localement, dans des contextes spécifiques. Les ressorts de la mobilisation électorale sont alors la personnalité du leader et ses réseaux, le clientélisme, l’assurance faite à un groupe ou à une région que désormais, c’est « à notre tour de manger [6] ». Les acteurs politiques et de la société civile (ONG, mouvements sociaux, églises, etc.) Les historiens ont ainsi démontré que l’histoire de l’implantation du suffrage universel en France sous la IIe et la IIIe République est au moins partiellement une histoire de fraude, où bourrages d’urnes, vote collectif et coercition étaient largement répandus [11]. En développant un programme spatial continental, l'Afrique Out of these cookies, the cookies that are categorized as necessary are stored on your browser as they are essential for the working of basic functionalities of the website. Les récentes élections en Zambie sont révélatrices d’un changement de paradigme. Pour espérer une alternance politique, encore faut-i Plus jeune ministre du pays en 2018, cette personnalité brillante et souriante ne pratique pas la langue de bois. Dans le Nigeria du nord, la menace d’imposition de la charia est régulièrement brandie ou même votée par les provinces. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit. Ainsi, pour les élections législatives de 2007 au Kenya, 153 partis étaient officiellement répertoriés. Ils formalisent et agrègent des revendications sociales qu’ils articulent dans des programmes de gouvernement. Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. The existence of formal electoral processes has not, however, prevented certain family dynasties from continuing. Ils ont néanmoins obtenu en 1491 la conversion du souverain du Kongo. 18Surtout, l’élévation de l’option de partage du pouvoir au rang de modalité consacrée de résolution des conflits électoraux peut encourager des dirigeants sortants désavoués par les électeurs à refuser de reconnaître leur défaite et à créer les conditions d’une impasse, dans l’espoir qu’ils pourront négocier un accord qui leur permettra, au moins partiellement, de rester au pouvoir. 10De nombreuses élections sont également entachées de fraudes importantes de nature à remettre en cause leur crédibilité. ont aussi appris à maîtriser les codes de la compétition électorale et sont plus aptes qu’hier à traquer les irrégularités et les tentatives de détournement du processus électoral par le pouvoir en place. Très vite, la contestation coloniale s’est manifestée par la volonté d’Églises noires, fondées par des prédicateurs dont le succès, face à la désorientation des esprits, fut parfois foudroyant. C’était, sous la période coloniale, la principale exportation du Sénégal. Spécificités et limites. Cette étude analyse les politiques, pratiques et tendances actuelles dans le domaine des migra-tions dans les quinze États membres de la CEDEAO. Pour une lecture positive de la situation politique de l'Afrique par Jean-Christophe Belliard, conseiller « Afrique » de M. Solana, Haut représentant de l’Union européenne pour la PESC. Initialement, de tels arrangements institutionnels transitoires étaient utilisés pour gérer des sorties de guerre civile, comme ce fut le cas au Burundi. Et le « miracle sud-africain [9] » est loin d’être un cas unique. En outre, nombre de scrutins sont émaillés de violences et les crises postélectorales ne peuvent parfois être résolues que par des accords insatisfaisants de partage du pouvoir. L’existence de processus électoraux formels n’empêche pas certaines dynasties familiales de perdurer. Sorcellerie et pouvoirs magiques, souvent maléfiques, restent imbriqués au pouvoir politique, sous des formes parfois redoutables (sacrifices animaux et parfois humains, pratiques d’empoisonnements quasi-légitimées par la religion et rites magiques divers souvent dangereux, comme les ordalies). Necessary cookies are absolutely essential for the website to function properly. On sait que la situation s’est récemment aggravée. On pourrait avancer ici la notion de « régime hybride » proposée par Patrick Quantin, qu’il définit en ces termes : « Le modèle occidental revient en force à partir de 1990 (démocratie mondialisée). En Afrique comme ailleurs, la prédiction d’André Malraux s’avère juste : le XXIe siècle se révèle être un siècle hyper-religieux dans toutes les classes de la société. APA: FR: Copier Brossier, M. (2019). C’est le temps de l’essor des grands djihads, ou guerre saintes, lancés par des réformateurs d’envergure qui furent à la fois des religieux érudits et exigeants et des politiques impériaux. Il s’agit ainsi de réinvestir la « politique du ventre » et plus encore celle « du bas ventre » sous l’angle du domestique et de l’intime en détaillant l’historicité des pratiques d’alliance, de séduction, de sexualité, de violence, d’adultère, de procréation, de parentalité qui façonnent les pratiques politiques (Nyamjoh 2009, Cole & Thomas 2009, Stoler 2013 [2002]). À l’exception de l’Éthiopie, le christianisme n’est apparu de bonne heure que dans une région : le royaume du Kongo (dans l’actuel Angola). Alors qu’il s’agissait, comme dans les autres religions, d’une pensée explicative du monde et de soi, les anthropologues arrivés après Tempels ont malheureusement figé cet univers religieux en « guérisseurs » et en « sorciers » et accentué l’usage de pratiques rituelles spécifiques, comme les transes ou l’usage de plantes hallucinogènes (l’usage du chanvre indien est caractéristique du culte Mbwiti au Gabon). La pratique des projets environnementaux en Afrique. Ils devinrent donc – et sont restés – une force économique essentielle : lorsqu’eut lieu le referendum de 1958 sur la création gaullienne de la Communauté, le vote positif du Sénégal, très hésitant, fut surnommé par les Sénégalais « le oui des marabouts ». Avec la collaboration de Sylvie Zongo, Pratiques et méthodes d'évaluation en Afrique, Valéry Ridde, Seni Kouanda, Jean-François Kobiané, L'harmattan. Nous nous demanderons ainsi si la généralisation des processus électoraux a contribué à une consolidation de la démocratie ou si ceux-ci n’ont été au contraire qu’une façade permettant le maintien d’élites dont les discours changent mais non les pratiques, voire un vecteur d’instabilité dans des contextes historiques et culturels éloignés de ceux de l’Occident. 2, 2019, pp. 27L’observateur oublie trop souvent qu’en Occident même le vote de l’électeur est en grande partie déterminé par ses appartenances sociales : l’électeur individualisé, rationnel et bien informé votant pour un candidat ou un parti après avoir jaugé les différentes offres électorales est largement introuvable. Marie Brossier, « Imaginaires et pratiques de la famille et du politique en Afrique : sortir du tout néopatrimonial par un dialogue « indiscipliné » », Cahiers d’études africaines, 234 | 2019, 323-357. D’un point de vue juridique, les élections sont de plus en plus encadrées afin de garantir leur périodicité, l’égalité et le secret des suffrages. Les derniers scrutins organisés au Kenya en 2007, au Zimbabwe en 2008 ou plus récemment en Côte-d’Ivoire en sont des exemples marquants ; leur forte médiatisation a pu renforcer l’idée que les élections en Afrique seraient inévitablement dysfonctionnelles et que le continent ne serait en quelque sorte pas suffisamment mûr pour une telle procédure. Une des raisons tient à la consanguinité entre les classes moyennes intellectuelles en Afrique centrale et les pouvoirs politiques en place. [1] Peter Gesshiere, Sorcellerie et politique en Afrique. Ainsi, les dernières élections législatives et présidentielle de mars et avril 2011 au Nigeria, bien que saluées par la communauté internationale comme les plus régulières que le pays ait connues depuis la réintroduction de la démocratie en 1999, ont été marquées par une violence meurtrière (plusieurs centaines de morts). J’adoptais cependant des attitudes de blanc, de maître, de Boula Matari (Stanley). 5On peut voir dans cette adhésion au moins formelle à la norme démocratique un effet des pressions de la communauté internationale, et en particulier des bailleurs de fonds. De ce christianisme ancien, on trouve encore des traces au début du XVIIIe siècle : une sorte de Jeanne d’Arc locale opposée aux Portugais, nommée Kimpa Vita, se fit passer pour la Vierge et créa le mouvement Antonien adonné au culte privilégié de Saint-Antoine. « Imaginaires et pratiques de la famille et du politique en Afrique : sortir du tout néopatrimonial par un dialogue « indiscipliné » », Cahiers d'études africaines, vol. C’est essentiellement une arme politique anti-Sud, agitée contre les chrétiens. Il fait également l’impasse sur le fait que dans nos démocraties méritocratiques aussi, le clientélisme est une dimension essentielle de l’opération électorale, en particulier au niveau local : le vote y apparaît ainsi bien souvent comme une transaction entre l’électeur (ou un groupe d’électeurs) et le représentant [14]. Dans ces élections, des dirigeants ou des familles fermement installés peuvent s’appuyer dans leur entreprise de conservation du pouvoir sur les moyens de l’État, sur ses fonctionnaires qui deviennent des agents électoraux du parti au pouvoir, sur ses ressources économiques (ou sur celles qu’ils ont personnellement amassées en gérant l’État comme leur bien propre). Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction ou téléchargez la version eBook. Jacinda Ardern : nouveau mètre étalon du progressisme . À ce titre, la comparaison entre les fonctionnements des gouvernements d’union du Kenya et du Zimbabwe qu’établissent Nic Cheeseman et Blessing-Miles Tendi est instructive [7]. Avec un tel différentiel de ressources entre les candidats, une élection concurrentielle n’est pas possible. 13La structuration des forces politiques dans un certain nombre d’États africains est également préoccupante. Ce positionnement n’est certes pas toujours dénué d’opportunisme. Les partis politiques, acteurs centraux de l’élection, sont généralement reconnus comme vecteurs décisifs de la consolidation et de la stabilisation du jeu démocratique. Elle fut brûlée en 1706 comme sorcière par ordre du roi sur l’injonction des missionnaires du lieu qui l’avaient baptisée Béatrice du Congo. C’est pourquoi, sous la colonisation également et dans un monde qui leur est globalement plutôt hostile, les Africains demeurent très attachés à cette religion du terroir et à ses cultes divers qui se rencontrent tous sur un point commun : le culte des ancêtres.

Plage Notre Dame De Monts Ouverte, Compagnie Oceane Ressources Humaines, Comment Contacter Decathlon, Golden Retriever Noir, Gréement Au Tiers, Kit Real Madrid 512x512 2018, Bilan Comptable Ryanair, Homme Troublé Par Une Femme,